• coupable


    Coupable



    Rappelez vous l'objet que nous vîmes mon ame,

    Ce beau matin d'été si doux

    Au détour d'un sentier une charogne infame

    Sur un lit semé de caillou

    Les jambes en l'air comme une femme lubrique

    Brulante et suant les poisons

    Ainsi qu'une fontaine au rythmique sanglot

    Je l'entend bien qui coule avec un long murmure

    Mais je me tate en vain pour trouver la blessure

    Je suis... dans mon coeur le vampire

    Un de ses grand abandonné au rire éternelle

    Condamné et qui ne peuvent plus sourire.. je suis mort

    Décomposé par la chair putride..

    Je sens le battement nonchalent de mon coeur immaculé

    Contre sa poitrine mainte fois débridé

    Je vois, les années défilé comme l'horloge du temps

    Je vois les anges sourire par devant...

    Où l'orage tenebreux dans un relant extasif

    Dans un plaisir joyeux non moins jouissif

    Le rale rauque de la pâle poussiere de mon ame

    Le cliqueti sourd des chaines du prisonnier...

    Se dirigeant vers un destin tragique...

    A l'aube de la mort, au pied du paradis

    L'abject condamné demande encore la vie...

    Je l'entend, écoute...

    Il pleure... la lame aiguisé...

    Qui l'a martirisée...

    Ecoute



    Repris par Solar (mici mr baudelaire)

     


  • Commentaires

    1
    Cher*z
    Mardi 11 Octobre 2005 à 23:57
    Coupable
    Très beau poème mélancolique, j'adore comme il est récité dans le film "Immortel"
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :